La magie au cinéma

Le cinéma et la magie entretiennent une relation étroite, et ce depuis les débuts du cinéma, partageant un même attrait pour le mystère et l’illusion, ouvrant ainsi les portes du rêve, du fantastique et de l’imaginaire.

Georges Méliès, prestidigitateur et réalisateur, était un visionnaire, pionnier du cinéma et des effets spéciaux, il avait racheté le Théâtre Robert-Houdin à Paris. Théâtre créé par Jean-Eugène Robert-Houdin, considéré comme l’un des plus grands prestidigitateurs de tous les temps.

Georges Méliès a contribué à fusionner l’art cinématographique et la magie, en introduisant des effets spéciaux. Cette intégration a contribué à restaurer la renommée de la magie, la rendant presque indispensable au cinéma contemporain.

Le 7e art s’est ainsi développé à partir de procédés scientifiques et artistiques, résultant de l’évolution du théâtre et de la magie.

Les premières décennies du XXe siècle sont souvent considérées comme l’âge d’or de la magie, où les illusionnistes, avec leurs décors, costumes et grandes illusions, étaient les vedettes incontestées des plus grands music-halls mondiaux.

Cependant, dès 1910, la fusion entre le cinéma et la magie a commencé à se dissoudre. Le public s’est progressivement tourné vers le cinéma, reléguant les prestidigitateurs au second plan. L’évolution rapide du cinéma en tant qu’art, technique, industrie et économie, a marginalisé les illusionnistes, qui ont été rongés par leur propre invention.

Des années plus tard, la plupart de ces établissements se sont convertis en salles de cinéma, marquant la fin d’une ère pour la magie. La discipline a dû attendre près d’un demi-siècle avant de retrouver sa place, notamment à Las Vegas.

Cependant, ces dernières années, la magie a retrouvé un engouement, tant dans le cinéma qu’auprès du grand public, inspirant la création de nouveaux films dédiés à cet art.

Parmi ceux-ci, on trouve :

Le Prestige (2006) de Christopher Nolan.

L’Illusionniste (2006) de Neil Burger.

Presto de Doug Sweetland (2008 – court-métrage d’animation)

L’illusionniste (2010) de Sylvain Chomet (film d’animation)

Insaisissables (2013) de Louis Leterrier.

The Incredible Burt Wonderstone (2013) de Don Scardino

Magic in the Moonlight (2014) de Woody Allen

Insaisissables 2 (2016) de Jon M. Chu.

Houdini (2016) de Cédric Babouche (film d’animation)

Sleight (2017) de J.D. Dillard

Comme par magie (2023) de Christophe Barratier

Un lien indéfectible entre la magie et le cinéma

Au fil des ans, le lien entre la magie et le cinéma est redevenu aussi fort que jamais. Ensemble, ces deux arts ont le pouvoir de nous transporter dans des mondes extraordinaires, de stimuler notre imagination et de nous faire croire en l’impossible. Que ce soit à travers les illusions de Georges Méliès ou les effets spéciaux numériques de notre époque, la magie au cinéma continue de nous émerveiller et de nous inspirer, nous rappelant que, parfois, la réalité est plus étonnante que la fiction.

Auteur Julien Boissier